Quel est le Meilleur Bracelet Connecté ?

Meilleur tracker d'activité

Bracelet connecté et fitness

Guide d'Achat, Tests, Avis et Comparatifs

Les professionnels de Mon Guide Sport.com ont passé pas moins de 80 heures à tester les dernières innovations en matière de bracelets connectés. Jour et nuit, nous avons porté toutes sortes de bracelets de sport autour du poignet. Nous avons marché, couru, dormi, fait nos courses avec. On a également décortiqué leurs différentes fonctionnalités et avons même eu la chance de tester certains modèles inédits, à l’image du Garmin Vivosmart HR+ par exemple, probablement le meilleur tracker d’activité cardiaque qu’il y ait actuellement sur le marché. Il faut dire qu’il est particulièrement complet : il offre un affichage visible à tout moment de la journée, est ultra-précis et est même compatible avec l’ensemble des smartphones Android et iOS. Vous pouvez même le connecter à votre ordinateur !

Pourquoi faire confiance à Mon Guide Sport.com ?

Guide d'achat Vivosmart HR+Mon Guide Sport.com est composé d’une équipe de professionnels du sport. Les testeurs qui ont participé à l’élaboration de ce guide d’achat des bracelets connectés sont tous des coachs sportifs certifiés. Certains disposent de certificats de qualification professionnelle reconnus tels que le BPJEPS AGFF (Mention D) ou encore le CQP ALS. D’autres sont titulaires d’un Master en sciences et techniques des activités physiques et sportives, mieux connu sous le nom de STAPS. Parmi nous, il y a également d’anciens athlètes professionnels de la course à pied. Mon Guide Sport.com travaille de pair avec des ingénieurs et spécialistes médicaux afin d’interpréter correctement les résultats émanant de chacun de ses tests.

Nos différents sondages prouvent qu’un millier de lecteurs font déjà confiance à Mon Guide Sport.com. D’après les résultats de nos questionnaires, les amateurs de sport privilégient des critères spécifiques lorsqu’ils cherchent à acheter un bracelet connecté : une esthétique la plus fine qui soit, la précision du calcul du nombre de pas, l’étanchéité du produit et l’intégration d’un moniteur de fréquence cardiaque, entre autres.

À qui s’adresse donc un bracelet connecté ?

Il faut bien admettre que la limite qui sépare un tracker d’activité d’une montre GPS outdoor n’a jamais été aussi imprécise. Désormais, on peut très bien avoir un suivi de ses activités physiques en se servant d’un smartphone ou d’une smartwatch. Toutefois, s’il y a bien une chose que nos tests révèlent, c’est qu’un équipement se targuant de pouvoir tout faire et tout mesurer n’est finalement pas aussi efficace qu’il n’y paraît.

De manière générale, si votre objectif principal est d’avoir une idée précise de votre niveau d’activité, un tracker standard sera le meilleur choix. Les bracelets d’activité et de suivi de la fréquence cardiaque – comme ceux utilisés dans le domaine du fitness par exemple –, sont excellents dans la mesure où ils prélèvent toutes sortes d’informations de façon distincte : nombre de pas effectués, intensité de l’exercice, qualité du sommeil suivant l’activité sportive etc. D’ailleurs, réunies toutes ensemble, ces données peuvent vous aider à améliorer votre santé de manière significative. On remarquera aussi que la batterie d’un tracker d’activité bénéficie d’une autonomie supérieure à celle de n’importe quel smartphone : elle peut tenir sept jours consécutifs sans qu’on ait besoin de la recharger, ce qui signifie que le dernier offre un bilan de santé bien plus précis que n’importe quel iPhone ou téléphone nouvelle génération fonctionnant sous Android.

Toutefois, si vous êtes curieux de votre état de santé de manière générale ou souhaitez rapidement suivre vos dernières performances, un smartphone fera aussi amplement l’affaire. À moins que vous ne l’éteigniez, votre iPhone (5S ou modèle au dessus) enregistrera tous vos pas dans l’application Santé. Quand à Google Fit sur Android, il s’en sort lui aussi plutôt pas mal dans ce domaine. Reste qu’un smartphone est beaucoup moins pratique à utiliser qu’un bracelet connecté. Il entre par exemple moins dans les détails et ne peut mesurer efficacement votre rythme cardiaque ou votre sommeil sans un gadget annexe. Dans tous les cas, le plus important est que vous soyez actif. Peu importe la technologie, du moment que vous bougez, tout ira bien pour vous !

Comment testons-nous nos différents modèles ?

En tant que guide professionnel, il est normal que Mon Guide Sport.com soit constamment à la recherche du meilleur bracelet connecté. Dernièrement, uniquement une poignée de bracelets de sport ont répondu à la grande majorité de nos critères d’excellence : deux nouveaux produits conçus par Garmin — le Vívosmart HR+ et le Vivoactive HR — ainsi que deux bracelets made in Fitbit — le Charge 2 and le Blaze — et c’est sans compter l’incontournable Gear Fit2 de Samsung , l’UA Band d’Under Armour et le très récent TomTom Touch, qui sont tous des bracelets d’activité de très bonne facture.

Or, vous vous demandez sûrement comment nous avons réalisé nos différents tests. Eh bien c’est très simple. Nous avons commencé par évaluer chaque produit individuellement, puis nous l’avons confronté à l’ensemble des autres modèles de manière plus globale. Ainsi, nous sommes en mesure de déterminer quel bracelet connecté a l’ascendant sur l’autre dans un domaine donné.

1

La précision du calcul des pas

Nous avons jaugé chaque modèle simultanément pendant deux jours entiers en portant une attention particulière aux instructions données sur leurs différents manuels d’utilisation. Nous avons également contrasté les résultats de chaque bracelet selon que nous les avons placé du côté de notre main dominante ou de notre main non dominante. Dans le cas du TomTom Touch et du Charge 2, qui offrent des résultats complètement opposés sur le plan du comptage du nombre de pas, nous avons également comparé les résultats avec un podomètre de qualité professionnelle. Par ailleurs, nous avons varié les exercices pour déterminer avec exactitude ce que l’ordinateur considère comme un pas : course à pied, danse, sauts avec écart, nous avons tenté d’isoler les mouvements du bras de ceux produits par les jambes et la hanche.

Nous avons remarqué que les données recueillies sur les bracelets connectés d’un même constructeur étaient parfaitement cohérentes. Pour ainsi dire, du côté de Fitbit, la tendance est au comptage d’un nombre de pas supérieur à la moyenne globale. Chez Garmin, c’est plutôt l’inverse : les bracelets du fabricant sont plutôt avares lorsqu’il s’agit de relever des données précises. En résumé, si vous vous satisfaisez d’une précision relative, on peut dire sans trop se tromper que chaque modèle fait bien son travail. Si c’est une précision absolue que vous attendez, certains bracelets de sport sont clairement plus efficaces que d’autres.

2

La distance parcourue

Puis vient la question de la distance parcourue. Pour ce faire, nous avons couru pendant de longues minutes à des rythmes divers afin de définir le degré de précision de chaque appareil. Nous avons ajusté l’intensité de nos efforts, changé volontairement de rythme et parcouru des distances variables sur des surfaces tantôt planes, tantôt abruptes pour mesurer l’efficacité des bracelets connectés susmentionnés. Il apparaît que chaque tracker d’activité soit équipé d’une technologie qui mesure la distance parcourue sur la base de facteurs complexes, notamment en fonction du poids de l’athlète et de l’amplitude de ses mouvements.

Sur certains modèles de trackers, on peut améliorer la précision en paramétrant la longueur de la foulée manuellement. De même, trois des bracelets connectés ayant brillamment passé nos tests sont dotés d’un GPS. Nous avons réalisé quelques tests préliminaires afin de mesurer leur précision. Par exemple, le genre d’exercice typique que nous avons réalisé fut de courir pendant un kilomètre à un rythme modéré mais régulier, puis un kilomètre supplémentaire à un rythme soutenu mais discontinu. Nous avons également comparé les résultats à l’aide d’applis mobiles et d’autres services en ligne réputés pour l’exactitude de leurs relevés, notamment MapMyRun.com. Les résultats de nos tests sont sans appel : sur le plan de la distance parcourue, les bracelets connectés du constructeur Garmin l’emportent haut la main. Le bracelet Samsung n’est pas loin derrière cependant.

3

Le calcul du rythme cardiaque

S’il est imprécis, un moniteur de fréquence cardiaque sera tout sauf utile. Cet élément n’est pas à négliger car connaître votre nombre spécifique de battements par minute (bpm) permet d’évaluer vos progrès. D’ailleurs, nous vous recommandons de le faire le matin après le réveil. C’est à ce moment précis de la journée que vous verrez si vous avez ou non progressé. Pour mesurer l’efficacité du moniteur de fréquence cardiaque intégré à chaque bracelet connecté, nous avons effectué de courtes courses de 5 minutes sur un tapis roulant. Puis, pendant 30 secondes, nous avons réalisé des sauts sur place à très vive allure, suivis de deux minutes de repos.

À la suite de nos tests, nous avons remarqué que les trackers d’activité avaient du mal à repérer une éventuelle augmentation de la fréquence cardiaque sur de très courts intervalles. À titre d’exemple, une simple ceinture ou sangle codée avec liaison PC s’avère beaucoup plus précise et réactive que chacun des bracelets connectés que nous avons essayés. Pire encore, dans l’ensemble, les bracelets affichaient un écart non négligeable de 5 bpm par rapport aux valeurs réelles. Néanmoins, il apparaît que les deux modèles Garmin et le Gear Fit2 de Samsung soient plus précis que les autres. Encore une fois, on dirait qu’ils ont un temps d’avance sur leurs rivaux.

4

Le confort et la simplicité d’utilisation

Le dernier élément que nous avons considéré durant nos tests, c’est le confort et la prise en main. Les bracelets sont-ils faciles à manipuler ? Combien d’options proposent-ils ? Et la sensibilité, est-elle au point ? Nous avons porté chaque tracker d’activité autour du poignet, notamment la nuit, histoire de voir comment chacun évaluait la qualité de notre sommeil. Parce qu’il est toujours important d’avoir un retour optimal, nous avons paramétré les différentes fonctionnalités. En mode sommeil « standard » par exemple, nous n’avons pas trouvé le Fitbit Blaze très explicite… De ce fait, nous avons préféré activer le suivi du sommeil en mode « sensible ». Et là, en effet, le rapport fut beaucoup plus détaillé : temps de sommeil léger et profond, mouvements, parfois même ronflements, tout y est.

Suite à nos évaluations, ce sont le Fitbit Blaze et le Charge 2 qui l’ont emporté haut la main sur le plan du confort d’utilisation. Ils sont très légers, très simples à installer mais aussi intuitifs et ergonomiques. Bien entendu, nous nous sommes aussi penchés sur la question de l’esthétique de chaque produit et de leur gamme de coloris. À ce niveau-là, Fitbit dépasse assez largement ses concurrents.

Retour au menu ↑

Les meilleurs bracelets connectés par catégorie

Nous avons eu l’occasion de tester une large gamme de bracelets connectés. Si le tracker d’activité ultime n’existe probablement pas, chaque modèle se distingue de par ses fonctionnalités et caractéristiques.

Le meilleur bracelet connecté toutes catégories confondues

Guide des bracelets connectés


L’apport du GPS du Vivosmart HR+ fait vraiment toute la différence. Le système de géo-positionnement par satellite permet l’affichage d’informations ultra-détaillées au sujet de votre dernier entraînement. Ainsi, si vous êtes friand d’informations comme la distance parcourue ou le rythme de vos efforts, vous serez aux anges. Le GPS vous lance aussi des alertes dès que vous réduisez la cadence, à condition bien sûr de l’avoir réglé au préalable. Le seul inconvénient du GPS intégré au bracelet Vivosmart HR+, c’est le temps d’attente de la connexion. Par exemple, le Vivoactive HR, qui est bien plus large que le premier, se connecte quasi-instantanément au réseau satellite. Mais on expliquera cette lacune par la taille réduire du Vivosmart HR+, qui a été conçu pour être discret et facilement transportable par tous.

La fonction Move IQ, ultra-intelligente !

L’autre innovation notable concernant le Garmin Vivosmart HR+, c’est la fonction Move IQ, qui détecte automatiquement des activités comme la marche, la course à pied, le vélo ou encore la natation. On peut consulter la durée de l’effort sur la ligne de temps de l’application Garmin Connect. Toutefois, il n’y aucun moyen de la déplacer vers la liste d’activités, les aperçus ou le flux d’informations. Par contre, on peut enregistrer l’activité de manière plus détaillée en ayant recours au chronomètre traditionnel. C’est toujours ça de pris.

Plus précis que n’importe quel modèle

Même si le constructeur a révélé que son tracker HR+ utilisait le même système de mesure cardiaque que le tout premier Vivosmart HR, nos tests ont révélé que les résultats de son successeur étaient tout de même beaucoup plus précis. Cela fut notamment le cas lorsque nous avons porté le Vivosmart HR+ sur un tapis de course. Les données affichées était particulièrement exactes et totalement identiques à celles d’une sangle codée avec liaison PC. Par contre, comme c’est le cas avec l’ensemble des bracelets connectés, le Vivosmart HR+ a tout de même eu du mal à suivre les efforts fournis durant de très courts intervalles. On ne pourra rien y faire, de si petits objets sont pour le moment incapables de s’élever au niveau des cardiofréquencemètres les plus reconnus.

Un écran tactile OLED qui fait le travail

L’écran OLED de type touch-sensitive fait le boulot. Contrairement aux bracelets Fitbit et au Samsung Gear Fit2, le rétro-éclairage s’active par simple effleurage du doigt. D’après le constructeur, la batterie du Vivosmart HR+ peut tenir cinq jours consécutifs sans la moindre recharge. Bien sûr, pour y parvenir, il faudra désactiver le GPS, qui est un brin trop gourmand en énergie. Quant aux performances visuelles offertes par l’écran OLED, elles sont très correctes, bien que les couleurs déployées ne soient pas aussi jolies que celles diffusées par un écran LED. Personnellement, nous trouvons que le Vivoactive HR offre un rendu de l’image plus attrayant en mode plein-couleur passif.

La liaison avec l’appli Santé d’Apple assure

Autre chose que nous avons beaucoup apprécié : le fait que ce modèle du fabricant Garmin puisse être associé à l’application Santé d’Apple. Cela donne plus de flexibilité à l’utilisateur. Nombre de pas, nombre de volées d’escaliers que vous montez chaque jour, intensité des exercices par minutes, calories brûlées, distance parcourue, rythme cardiaque, on peut recevoir des notifications directement sur l’écran de l’appareil et cela, c’est très agréable. De plus, si vous avez la chance de posséder la caméra VIRB de Garmin, vous pouvez aussi vous servir de votre Vivosmart HR+ comme télécommande à distance !

Des défauts certes, mais peu préjudiciables

Malgré tous les superlatifs que nous avons pu utiliser pour décrire le Vivosmart HR+, l’application développée par le constructeur n’arrive pas à la cheville de celle de Fitbit. C’est là le défaut majeur du grand gagnant de nos différents tests. Si l’appli Garmin Connect s’est très franchement améliorée depuis sa première version, son interface reste trop brouillonne. Il est vrai qu’à côté de celle de Fitbit, dont les lignes sont très épurées, on a comme le sentiment d’être perdu au milieu de nulle part. Le problème de Garmin Connect est qu’il trop générique : le programme ne s’adapte pas aux différents terminaux. En effet, l’application synchronisent les données avec un grand nombre d’équipements, qu’il s’agisse de trackers d’activité, de capteurs dédiés au cyclisme voire encore de montres pour alpinistes. En conséquence, alors que l’appli Fitbit affiche toutes les informations qui vous concernent sur un seul et même écran déroulant, Garmin Connect se sert de plusieurs fenêtres distinctes pour vous montrer exactement la même chose. Au final, ce n’est pas un gros problème en soi. Mais il est tout de même dommage que la lecture des informations soit à ce point alambiquée.

Il y a un deuxième point où Fitbit fait mieux que Garmin : la portée sociale de son application. Quant on fait du fitness par exemple, on aime pouvoir lancer des défis à ses amis. Cela nous permet de faire face à de nouveaux challenges et de progresser vite et naturellement. Or, comparé à Fitbit, Garmin souffre pour le moment d’un certain manque d’audience. Si vous êtes un adepte de la course à pied ou du cyclisme, vous n’aurez pas trop de mal à vous faire des amis virtuels. Par contre, si vous affectionnez le fitness, il faudra certainement attendre encore un peu…

 

Le meilleur bracelet connecté Android

Guide d'achat des bracelets connectés


Pour un simple tracker d’activité, le Gear Fit2 dispose d’un moniteur de mesure cardiaque excellent. Il a clairement tapé dans le mile durant notre premier test qui, nous vous le rappelons, consistait à courir sur un tapis. En ce qui concerne le test des intervalles, c’est le seul tracker qui est parvenu à calculer le rythme cardiaque de manière précise durant les phases de pics et de reprises. Par ailleurs, il l’a vraiment fait de manière réactive. Pour le coup, cela nous a tous bluffé !

Le système de suivi automatique des mouvements !

Quel soulagement que le système de détection automatique des mouvements du Gear Fit2 ! Le résultat est encore une fois impeccable. Après dix minutes d’exercice à un rythme régulier, l’unité centrale du bracelet s’est mise à vibrer pour nous avertir que le système passait en mode chronomètre. Sur l’écran, on pouvait donc voir depuis combien de temps nous étions en mouvement et un petit message « Continuez ainsi ! » s’est affiché, un petit encouragement qui est toujours le bienvenue nous concernant. Une minute après l’arrêt de l’effort, le Gear Fit2 a fini par comprendre que notre entraînement avait touché à sa fin. Bien souvent, selon la configuration de l’appareil, il vous félicitera avec un second message vous disant que votre marche, course ou virée en vélo était super. Ce que nous avons apprécié, c’est que le Gear Fit2 arrive à être motivant. De plus, le suivi des mouvements est bien réel. Par exemple, après 50 minutes d’inactivité, le bracelet vibre et vous encourage à bouger un peu. C’est tout simplement excellent.

Un GPS qui fait un peu des siennes…

Nous ne sommes pas très copains avec les GPS. Le GPS du Gear Fit2 n’est pas une exception. On a eu du mal à l’utiliser car il n’est pas suffisamment réactif. La plupart des montres ou bracelets connectés équipés d’un GPS vous demandent de patienter sagement jusqu’à ce qu’un signal soit détecté. Or, avec les bracelets Samsung, lorsque vous sélectionnez une activité d’extérieur spécifique ainsi qu’un lieu d’intérêt, un compte à rebours de 3 secondes se lance automatiquement et vous n’avez d’autre choix que de vous mettre en mouvement. Pour autant, vous ne pouvez pas avoir la certitude que le GPS a trouvé un signal (même si quelques kilomètres après le début de votre course ou marche, le système finit tout de même par vous informer qu’aucun signal satellite n’a pu être trouvé). Ainsi, si vous courez disons sept kilomètres mais qu’aucun signal n’est détecté avant le troisième, une estimation de la distance parcourue entre temps sera calculée par le bracelet. Cette estimation se base sur différents algorithmes internes et des critères bien précis comme la taille et le poids de l’utilisateur par exemple.

Un compteur de pas très satisfaisant

Le Gear Fit2 fait également un très bon podomètre. Ses mesures étaient très précises. Pendant la première journée de test, il n’y avait qu’un seul pas d’écart entre les mesures affichées par le Gear Fit2 et celles de notre podomètre professionnel. Bien sûr, il peut s’agir d’une simple coïncidence, mais tout de même… Le jour suivant, nous avons fait du vélo, animé un cours de fitness, entraîné quelques clients et avons fait un peu de sport en salle avec. Eh bien il se trouve que le Gear Fit2 comptait également nos kettlebell swings et frappes comme des « pas ». Au deuxième jour, la marge d’erreur du Gear Fit2 avait pas mal augmenté par rapport aux mesures de notre podomètre officiel. La différence était de 3,6%. Reste que ce n’est pas énorme et que le bracelet de Samsung est étonnamment précis malgré se toute petite taille.

Un écran tout simplement génial

L’écran tactile tout en couleurs du Gear Fit2 ne plaisante pas sur la qualité. Il reste en mode veille constamment mais s’allume dès que vous levez le poignet. Le temps d’allumage est rapide et très fiable. On a la possibilité de personnaliser l’ensemble des fenêtres qui s’affichent à l’écran. Pour accéder aux différentes informations (nombre de pas, moniteur cardiaque et autres statistiques), il suffit de faire défiler les fenêtres en touchant l’écran. Parmi les fenêtres que nous avons trouvé très originales, il y a celle qui vous indique combien d’eau et de caféine vous avez consommé durant la journée ainsi qu’un encart « social » qui prend la forme d’un classement. C’est le moyen idéal pour confronter vos récentes performances avec celles des autres utilisateurs ! À partir de l’écran, on peut également configurer sa propre musique grâce au système BlueTooth. La liaison se fait très bien avec les smartphones les plus récents.

L’application dédiée de Samsung, le gros point faible

À l’instar de Garmin, l’application Samsung vient inévitablement baisser la note du Gear Fit2. En réalité, il y a même deux applications : la première permet de paramétrer le bracelet connecté Gear Fit2 et la seconde, baptisée S Health, sert à interpréter les différentes informations. On regrette simplement que Samsung n’ait pas fusionné les deux applications, d’autant plus que S Health présente les mêmes lacunes que Gamin Connect : trop de personnalisation tue la personnalisation. Résultat : on s’y perd littéralement et on a du mal à trouver l’information que l’on cherche. Et pourtant, elles sont bel et bien là, devant nos yeux. Tout ce qu’il y a à faire, c’est de zoomer l’image.

Une batterie dont la durée de vie est limitée

Dernier inconvénient du Gear Fit2 : la durée de vie de sa batterie. Dans le cas d’une utilisation modérée à forte de l’appareil, il se peut que vous soyez contraint de recharger la batterie du bracelet connecté au moins une fois par jour. Si vous activez la liaison avec votre smartphone, recevez souvent des notifications et vous servez du GPS par intermittence, il y a fort à parier que vous devrez brancher l’appareil à une prise toutes les 24 heures. Reste que tout cela reste une question d’habitude. De plus, le chargement de la batterie est très rapide. D’ailleurs, à titre d’exemple, le Gear Fit2 tient plutôt bien le coup contrairement à d’autres smartphones qui voient leur longévité chuter à la vitesse grand V à force de recharges. C’est notamment le cas du Google Nexus 5X par exemple.

 

Le meilleur bracelet connecté pour les plus actifs

Guide d'achat des bracelets connectés


Rappelons qu’à la base, les trackers d’activité avaient été conçus pour encourager les personnes sédentaires à bouger davantage pendant la journée. Le critère de notation de leur activité quotidienne n’était autre que le nombre de pas effectué. D’ailleurs, cela est toujours le cas ! Mais parce que les gens d’aujourd’hui prennent de plus en plus soin de leur santé et que bon nombre d’entre eux sont plus actifs qu’à la normale, les constructeurs n’ont eu d’autre choix que de mettre au point des modes d’entraînement. Pour les fabricants, l’intérêt des modes d’entraînement est double : premièrement, encourager les utilisateurs à faire du sport, deuxièmement, empêcher que ces derniers ne se débarrassent trop vite de leur bracelet connecté. Au jour d’aujourd’hui, les meilleurs bracelets connectés sont si complets que tout bon adepte de fitness ne peut tout simplement pas s’en passer. Par contre, cela est relatif selon le type de sport que vous privilégiez. Les joggeurs par exemple, tireront sûrement moins profit de leur bracelet connecté que les adeptes de fitness.

Un bracelet qui laissera les runners sur leur fin ?

Si vous êtes un runner confirmé, le Garmin Vivoactive HR vous décevra un petit peu. Il faut dire que le fabricant basé en Suisse a déjà commercialisé des smartwatches qui offrent des performances bien plus accrues. Malgré tout, si vous n’êtes pas trop exigeant, le Garmin Vivoactive HR fait largement l’affaire : son GPS est très fonctionnel et réactif et mesure les distances avec une grande exactitude. Même constat lorsque vous faites du vélo avec : les résultats sont sans appel.

Une montre connectée difficile à porter

La montre Garmin Vivoactive HR est sublime. Par contre, lorsqu’on la porte, on se rend vite compte qu’elle est très encombrante. De plus, elle n’est pas adaptée à toutes les situations : nous avons fait une longueur de 50 mètres en bassin avec et le compteur de distance s’est avéré plutôt lent. Si vous pratiquez le golf par contre, vous serez aux anges ! La possibilité de télécharger pas moins de 40 000 parcours sur le bracelet est très ingénieuse. Si vous faites du ski, vous ne regretterez pas non plus votre achat puisque le Vivoactive HR est capable de calculer votre vitesse de descente en 3D en se servant de l’inclinaison, de la latitude et de la longitude.

Un moniteur de fréquence cardiaque efficace

Le moniteur de fréquence cardiaque du Vivoactive HR est très efficace. Il faut dire qu’il est équipé d’un récepteur sans fil ANT, ce qui signifie que les mesures prélevées sont plus précises que tous les autres modèles. De plus, il est aussi compatible avec n’importe quelle sangle ou ventrale. Le Vivoactive HR a brillamment passé nos tests et les données qu’il affichait étaient très proches de celles de nos appareils professionnels.

Un compteur de pas pour le moins défectueux

En tant que tracker de pas, le bracelet d’activité Vivoactive HR laisse à désirer. Nous avons rencontré de sérieux problèmes avec ce produit puisque les données qu’il affichait était 15% en dessous des valeurs réelles. De plus, sur tous les bracelets que nous avons testé, celui-là est bien le seul à ne pas compter le claquement des mains comme un pas. De ce fait, si vous recherchez un podomètre ultra-précis, il n’est pas exclu que vous puissiez trouver mieux ailleurs.

Un écran de qualité, une batterie qui tient la route

Le bracelet de sport Garmin Vivoactive HR possède un écran tout en couleurs dont l’éclairage est la plupart du temps passif. De ce fait, il préserve l’énergie pour une optimisation de la durée de vie de la batterie. En mode passif, l’utilisateur n’aura aucun mal à lire les informations affichées sur l’écran. Pour activer l’éclairage, il suffit de toucher l’écran à l’aide du doigt. Garmin prétend que la durée de vie de la batterie est de huit jours consécutifs avec le GPS inactif. L’autonomie de la batterie descend à 13 heures avec le GPS actif. En plus des différentes fenêtres disponibles, l’écran peut également afficher des widgets personnalisables : météo, calendrier, réseaux sociaux, il y a de quoi faire !

 

Le meilleur bracelet connecté « social »


L’écran du Charge 2 est bien plus large que celui du Charge HR. Nous avons donc apprécié cette amélioration car le nouvel écran est de fait beaucoup plus convivial que le précédent. S’il n’est pas entièrement tactile, il permet tout de même de faire défiler les différentes fenêtres et statistiques par le biais d’une légère tape. Alors bien sûr, on aura vu mieux niveau intuitivité, mais le tout fonctionne franchement bien alors nous ne nous en sommes pas plaints. Comme tous les Fitbit, l’écran du Charge 2 conserve la batterie en s’éteignant après plusieurs secondes d’inutilisation. Une fois allumé, l’écran n’affiche que les informations essentielles : résumé du nombre de pas réalisés dans la journée, rythme cardiaque moyen, distance parcourue, nombre de calories brûlées, minutes actives, entre autres. La montre permet de lancer sept activités différentes comparativement à l’appli Fitbit, qui met elle pas moins de dix-neuf disciplines à la disposition des utilisateurs. Parmi les plus uniques d’entre elles, on trouve du tennis, du pilates et même des arts martiaux !

Les alertes : un ajout majeur !

Ce que nous avons adoré chez le Charge 2, ce sont les alertes régulières. La dernière mise à jour logicielle a également permis au Fitbit Blaze de se parer de cette nouvelle fonctionnalité. En gros, une fois que l’appareil se rend compte que vous n’avez pas bougé depuis un certain temps, une notification vous est envoyée. Après cinquante minutes de sédentarisation totale, le Charge 2 vous encouragera donc à vous lever et à effectuer 250 pas, soit l’équivalent de 2 à 3 minutes de marche. Il vous demandera en plus de cela de le faire de la façon la plus gentille qui soit. Cette approche est plus subtile que celle du Gear Fit2, qui est lui davantage dans l’agressivité. On remarquera que les notifications du Charge 2 peuvent être programmées à votre guise. En effet, il serait dommage d’être réveillé en plein milieu de la nuit !

Charge 2 : des mesures trop généreuses

Si le Charge 2 n’a aucun problème à fonctionner avec l’excellente appli Fitbit, qui est claire et facile d’utilisation, il a malheureusement présenté des lacunes en termes de précision durant nos tests. Il faut dire que les trackers d’activité Fitbit ont toujours été en dessous de leurs rivaux à ce niveau-là. Aussi, le système de comptage du nombre de pas du Charge 2 est un petit peu trop généreux, d’autant plus que du moment qu’on tape dans sa main, enchaîne un coup de pied ou fait un kettlebell swing l’instrument le comptabilise comme un pas ! Par contre, pour relever la note, on admettra que le Charge 2 fut le seul bracelet connecté capable de mesurer nos pas durant nos activités hors sportives, notamment lorsque nous sommes partis faire nos courses au supermarché du coin par exemple.

Le système SmartTrack fait le boulot

Le Charge 2 et le Blaze sont également tous deux équipés du système SmartTrack de Fitbit. Ce dernier reconnaît automatiquement l’activité de l’utilisateur porteur du bracelet connecté, qu’il s’agisse de marche rapide, de cyclisme ou autre. Une fois que vous avez terminé votre entraînement, un résumé de l’activité en question s’affiche à l’écran. Contrairement au GearFit2, il est impossible d’avoir un aperçu de l’activité durant l’exercice avec le Charge 2 et le Blaze accrochés autour du poignet. Toutefois, en paramétrant le mode entraînement manuellement, on a la possibilité d’accéder à un nombre colossal d’informations pertinentes. Le Charge 2 sauve dont l’honneur.

Un bracelet tristement imprécis…

Contrairement aux modèles Garmin et au Gear Fit2, le Charge 2 ne possède pas de GPS embarqué. Par contre, tout comme le Blaze, il est équipé d’un GPS connecté, lequel se sert de votre smartphone pour mesurer la distance que vous vous apprêtez à parcourir. Tandis que les bracelets de sport Garmin font du bon travail lorsqu’il s’agit d’évaluer les distances, nos tests ont révélé que les résultats du Charge 2 étaient tout simplement catastrophiques : sans GPS, il est tellement imprécis que ça en devient même préoccupant… Pour vous donner un exemple, il n’a mesuré que 780 des 1 000 mètres que nous avons parcouru à grandes enjambées durant notre première expérimentation. Espérons que la prochaine mise à jour logicielle corrigera ce défaut, qui est important. Apparemment, les mesures prélevées en intérieur seront nettement améliorées. Cela reste à voir.

Un moniteur à vous donner une crise cardiaque

Excusez-nous du jeu de mot mais il y a quelque chose d’assez irritant avec le Charge 2 : son moniteur de fréquence cardiaque. Les valeurs nominales du Charge 2 sont très en dessous de ce qui se fait chez ses concurrents. Très imprécises donc, les mesures cardiaques du Charge 2 ont d’ailleurs fait beaucoup parler ; c’est dire, il y a même un recours collectif en cours à l’encontre de Fitbit, beaucoup d’utilisateurs n’ayant pas digéré les déclarations mensongères du constructeur concernant son cardiofréquencemètre « ultra-précis ». Nos tests confirment la déception de bon nombre d’associations de consommateurs mécontents. Les données affichées par le Charge 2 étaient sont sans queue ni tête.

Social ? Peut-être pas tant que ça…

En plus des points énumérés plus haut, d’autres petites choses viendront enquiquiner les plus perfectionnistes en ce qui concerne le Charge 2. Par exemple, les alertes que l’on reçoit sur la montre connectée sont limitées : appels manqués, textos, rendez-vous importants… et c’est tout ! Ni e-mail ni notification de réseaux sociaux ne sont supportés par l’appareil. Enfin, le Charge 2 n’est pas étanche : il résiste à la sueur, à la pluie et aux éclaboussures mais il est inutile de tenter de l’embarquer avec vous sous l’eau.

 

Le meilleur bracelet connecté pour la compétition

Impossible pour nous de nous prononcer. Chaque bracelet connecté que nous avons testé peut tout à fait convenir pour un usage professionnel. Le Fitbit Blaze, par exemple, est un bon choix de par sa prise en main facile, le confort qu’il procure et ses nombreuses options. Son écran lumineux, les notifications intelligentes, les exercices auto-guidés Fitstar en font un instrument très complet même si pour 50 € de moins vous pouvez vous offrir le Charge 2 qui, malgré ses défauts, reste un bracelet connecté décent pour le sport.

Un autre bracelet connecté de bonne qualité compatible avec les sports de compétition tous terrains est le Jawbone UP3. Il est assez performant dans l’ensemble mais présente deux défauts majeurs : pas de moniteur de fréquence cardiaque et aucun écran à se mettre sous la dent. Finalement, le FitBit Blaze reste le meilleur choix, d’autant plus que tous les autres bracelets connectés que nous avons essayé ne font pas du tout l’affaire. En effet, le TomTom Touch peut certes mesurer votre masse graisseuse et votre masse musculaire mais il était tellement à la traîne durant notre test de comptage du nombre de pas que nous l’avons immédiatement exclu pour le reste de nos évaluations. Nous avons également rangé le Microsoft Band 2 dans sa boîte car trop imprécis. Le reste de ses fonctionnalités nous ont également laissé songeurs. Autre déception : le Fitbit Surge, son GPS étant clairement surcoté, d’autant plus que cet équipement coûte plus de 200 €. Même constat en ce qui concerne le Polar A360 et le Basis Peak, deux outsiders qui ne font pas le poids sur quasiment tous les plans.

Retour au menu ↑

Les meilleurs bracelets connectés en 2017

Vivosmart HR+
Qualité : 8/10
Prix : 9/10
Notre Note : 9.5/10

Le Vivosmart HR+ est le meilleur bracelet connecté que nous ayons eu la chance de tester durant ces longues semaines. Son GPS intégré, son système d’auto-détection des activités et l’ensemble de ses performances — qui sont supérieures à la moyenne des autres trackers de sport — font toute la différence. De plus, ce tracker intelligent possède toutes les options que vous pouvez attendre d’un tel modèle : compteur de pas, distance parcourue, nombre de calories brûlées, calcul du sommeil et statistiques diverses, on ne peut pas trouver plus complet. De plus, sa batterie est longue durée (elle peut tenir jusqu’à 5 jours sans recharge avec le GPS inactif) et est également totalement étanche. Par exemple, contrairement aux modèles de chez Fitbit, vous pourrez même prendre votre douche avec après l’effort !

AVANTAGES :
  • L’esthétique, qui fait mouche
  • La prise de pouls en direct
  • Les nombreuses données affichées
  • L’autonomie de cinq jours
  • Le logiciel Android

INCONVÉNIENTS :
Le temps d’acquisition du GPS
Gear Fit2
Qualité : 8/10
Prix : 8/10
Notre Note : 9/10

Avec son impressionnant Gear Fit2, Samsung tient sa revanche ! Il faut dire que son ancien modèle, le Geat Fit premier du nom, fut un flop radical. Eh bien sachez que le bracelet connecté Gear Fit2 est celui qui a affiché les mesures cardiaques les plus précises suite à nos tests ! En plus de cela, il est capable de détecter automatiquement vos différents mouvements, intègre une option « multi-sport » très autonome et son GPS fait des merveilles en extérieur. De manière générale, le bracelet Gear Fit2 fait aussi une très bonne smartwatch : vous pouvez recevoir tout un tas de notifications provenant d’applications multiples et variées, à condition bien sûr qu’elles soient supportées par ce matériel. Autre chose qui permet au Gear Fit2 de marquer de précieux points : son design. Ce bracelet connecté est tout bonnement sublime, et très fin en plus de cela. C’est aussi le modèle le plus confortable que nous avons eu la chance d’essayer. Malheureusement, ce produit élaboré par Samsung n’est pas totalement waterproof. Mieux vaut éviter de nager avec donc. En gros, si le Gear Fit2 était compatible iOS et disposait d’une batterie un poil plus puissante, nous en aurions probablement fait notre premier choix. Mais ce ne sera pas pour cette fois…

AVANTAGES :
  • Le superbe écran AMOLED
  • Le moniteur d’activité avec GPS intégré
  • La compatibilité Android et iOS
  • La bonne gestion des notifications

INCONVÉNIENTS :
  • L’autonomie de la batterie trop courte
  • Quelques déconnexions par moment

Garmin Vívoactive HR
Qualité : 8/10
Prix : 9.5/10
Notre Note : 8.5/10

Parmi les bracelets connectés nouvelle gérération pouvant répondre aux attentes des plus actifs d’entre vous, le Garmin Vivoactive HR est probablement celui qui offre le rapport qualité-prix le plus convaincant. Il contient toutes les fonctions de base, de plus, son système d’auto-détection des mouvements et ses 15 modes d’entraînement le rendent particulièrement complet. C’est simple, si vous êtes sur tous les fronts, vous ne pourrez être que servi par le Garmin Vivoactive HR : course à pied, course sur tapis, vélo, marche, natation, rameur, golf, stand-up paddle, ski, snowboard, musculation, cardio, l’étendue des possibilités est énorme ! Par ailleurs, les données fournies par l’appareil sont très pertinentes. Pour chaque activité, vous connaissez le nombre de pas, de foulées, de rames ou de coups que vous avez réalisé, votre rythme, vos temps fort et faible et bien plus. Certes, il y a bien quelques restrictions (le moniteur cardiaque est désactivé lorsque vous nagez par exemple) mais dans l’ensemble, il n’y a pas de quoi se plaindre, même si la taille imposante du bracelet est susceptible de vous gêner en fonction de votre gabarit.

AVANTAGES :
  • La personnalisation via Connect IQ
  • Compatible avec tous les systèmes
  • L’autonomie de huit jours
  • L’intégration d’un GPS dans la montre

INCONVÉNIENTS :
  • La saturation rapide de l’appareil

Fitbit Charge 2
Qualité : 8/10
Prix : 8.5/10
Notre Note : 8.5/10

Il va de soi que si vous avez envie de vous dépasser en faisant du sport, il est préférable d’éviter de travailler tout seul dans votre coin. L’avantage des bracelets connectés est qu’il vous permettent de défier vos amis, de participer à des challenges voire même de faire de nouvelles rencontres. Si vous recherchez un bon bracelet connecté axé sur le social, il ne fait aucun doute que vous devez vous orienter vers l’un des produits Fitbit. Le meilleur d’entre eux est sans conteste le Charge 2. En plus de ses nombreuses applications sociales, il dispose d’une protection waterpoof améliorée et d’une précision générale qui en fait un excellent instrument de calcul.

AVANTAGES :
  • La technologie PurePulse
  • Le suivi du nombre de pas
  • La synchronisation à distance

INCONVÉNIENTS :
  • La configuration assez longue

Fitbit Blaze
Qualité : 7/10
Prix : 8.5/10
Notre Note : 8/10

À moins de 170 €, le Fitbit Blaze est un très bon bracelet connecté de compétition. Il propose toutes les fonctions pour s’entraîner : suivi des activités quotidienne, des pas, de la distance, du nombre de calories brûlées, du nombre d’étages gravis etc. Par ailleurs, en le gardant constamment sur votre poignet, vous connaîtrez aussi votre fréquence cardiaque, bien qu’on ne pourra exploiter le plein potentiel de cet appareil sans une ceinture de cardio. Reste que pour mesurer l’intensité de vos entraînements et enregistrer vos résultats (le tout se faisant par le biais d’une application dédiée), le Fitbit Blaze reste un très bon outil.

AVANTAGES:
  • La fiabilité des mesures
  • Parfait pour un usage intensif
  • L’autonomie de 5 jours

INCONVÉNIENTS :
  • Limité en tant que montre connectée

Retour au menu ↑

Conclusion

Dans les prochains mois, nous avons prévu de tester de nouveaux bracelets connectés. Le Fitbit Flex 2, le Fitbit Alta et le Vivofit 3 sont déjà commandés de notre côté. En ce moment même, nous passons en revue le Fitbit Zip, le Fitbit One, le Withings Pulse OX et le Withings Go. Notre verdict tombera normalement d’ici peu.

Bien évidemment, nous avons également mis la main sur l’Apple Watch Série 2, qui est totalement indépendante de l’iPhone, possède un GPS embarqué, est waterproof, bref, plus complète que le tout premier modèle. Nous vous dirons tout au sujet de l’Apple Watch Série 2 dès que nous le pourrons.

Enfin, nous accorderons aussi une attention particulière au Pebble 2, déjà disponible en précommande, sans oublier le Huawei Fit, annoncé en novembre 2016. Nous clôturerons notre programme par un test du Mio Slice, dont la date de sortie officielle n’est malheureusement pas encore connue.

Références

1 – http://www.simple-crm-actualite.com/2014/02/les-montres-et-bracelets-connectes.html

2 – http://www.zdnet.fr/actualites/montres-et-bracelets-connectes-la-mesure-de-l-activite-au-doigt-mouille-39852996.htm

3 – http://www.tomsguide.fr/actualite/honor-band-a2-bracelet-connecte,57318.html