Votre profil est-il adapté à l’utilisation d’un rameur ?

Vous pensiez que les rameurs étaient des appareils de sport universels adaptés à tous les types d’utilisateurs ? Détrompez-vous. En effet, il y a des personnes qui peuvent utiliser un rameur pour s’entraîner et d’autres pas. Vous avez probablement remarqué que dans chacun de nos tests de rameur, nous recommandons l’appareil à une niche de sportifs ciblée. Ainsi, certains rameurs sont recommandés pour les personnes dépassant la cinquantaine, d’autres pour les athlètes mesurant plus d’un mètre quatre-vingt-dix etc.

De ce fait, vous êtes en droit de vous poser la question suivante : devrais-je ou non me servir d’un rameur pour m’entraîner? S’il est bien-sûr impossible de répondre à cette interrogation au cas par cas, nous avons estimé qu’il serait intéressant d’établir une liste des catégories de sportifs pour qui l’utilisation d’un rameur est recommandée, et une autre pour qui l’usage d’un tel équipement est déconseillé. Avant de vous précipiter vers lesdites listes, laissez-nous tout de même vous dire qu’elles sont non-exhaustives ; nous avons essayé de compiler un maximum d’informations dans un guide le plus succinct possible.

Les personnes pour qui l’utilisation d’un rameur est recommandée

Les personnes de petite taille

Parmi les principales idées fausses qui circulent dans l’esprit des gens, c’est que les personnes de petite taille ne peuvent pas se servir d’un rameur : comment effectuer un mouvement avec la bonne amplitude lorsqu’on a de petites jambes ? Or, il faut savoir que sur un rameur, il n’est pas nécessaire que le siège se déplace d’une extrémité à l’autre de l’appareil pour que le mouvement soit complet. En réalité, du moment que les muscles du squelette des bras, et par dessus tout, ceux des jambes et des cuisses, sont sollicités correctement, il importe peu que l’usager exploite toutes les capacités de déplacement du siège du rameur ou non.

Cela étant dit, il est vrai que les personnes de très petite taille puissent ne pas suivre les conseils que nous avons exposé dans nos articles antérieurs, notamment ceux traitant de la bonne façon d’utiliser un rameur. Néanmoins, cela n’est pas une exception aux rameurs ; tous les autres appareils de fitness sont concernés, qu’il s’agisse de tapis de course, de vélos elliptiques et bien plus.

Les personnes âgées

Les personnes dont l’âge est avancé mais dont la santé est bonne n’ont aucun souci à se faire lorsqu’il s’agit d’utiliser un rameur. Du moment que les mouvements sont effectués à une fréquence de 20-30 coups de rame par minute et que les exercices sont réalisés sous la supervision d’un moniteur cardiaque, ils peuvent s’y donner à coeur joie. Il est néanmoins indispensable que le rameur soit connecté à un cardiomètre : ce dernier avertira l’utilisateur dès lors qu’un problème est constaté !

Par ailleurs, si vous êtes une personne âgée de plus de 55 ans, nous nous recommandons de choisir un rameur équipé d’un programme qui s’adresse précisément aux personnes de votre âge. Il serait aussi préférable que l’appareil soit doté de niveaux de résistance évolutifs. Sachez que des machines très abordables sont tout à fait capables de remplir ces exigences en 2016.

Les femmes enceintes

S’il est très fortement déconseillé de réaliser une quelconque activité physique dès l’entame du septième mois de grossesse, rien n’empêche les femmes enceintes d’utiliser un rameur durant les six premiers mois. Il faut dire que les exercices sur rameur n’impliquent aucun mouvement musculaire pouvant mettre à mal l’abdomen et ne provoquent aucune compression du torse.

Bien évidemment, il est indispensable que la femme enceinte s’entraîne à petite dose sur le rameur. Il est inutile par exemple qu’elle s’entraîne jusqu’à l’épuisement, car il ne faut pas priver le foetus d’oxygène. Par ailleurs, d’autres critères très importants sont à considérer : la femme enceinte est-elle une athlète professionnelle, ou simplement une adepte du fitness enthousiaste ? Dans tous les cas, les débutantes devront s’approcher de leur médecin car lui seul est capable de décider si l’usage d’un rameur leur est ou non recommandé.

profil utilisateur rameur

Les personnes pour qui l’utilisation d’un rameur n’est pas conseillée

Les personnes opérées de la colonne vertébrale

Nombreuses sont les personnes qui ont subi une opération lourde et qui se demandent si elles peuvent tout de même se servir d’un rameur pour s’entraîner. Dans le cas d’opérations ciblées du corps, notamment celles qui ont pour objectif de soigner une colonne vertébrale endommagée ou  bien les muscles qui y sont reliés, on recommande très vivement aux patients de ne pas utiliser un rameur. Pourquoi donc ? Parce q’une colonne vertébrale opérée reste une colonne vertébrale malade. Quoi qu’il arrive, cette dernière est fragilisée et l’exposer à de nouveaux risques serait suicidaire.

Néanmoins, de nombreux exemples démontrent qu’une fois la colonne vertébrale parfaitement reconstituée, il est possible de se remettre au rameur. Ainsi, des individus ayant été victime de très graves accidents de voiture ou d’attaques d’animaux ont su récupérer l’intégralité de leurs capacités motrices après une longue période de rééducation (en moyenne entre 3 et 5 ans). Il faut dire que les prothèses artificielles rendent aujourd’hui d’énormes services, si bien que même les personnes sujettes à des amputations sont capables de s’entraîner sans difficulté sur un rameur.

Les personnes faisant de l’hypertension

Les personnes dont la pression artérielle est trop importante doivent éviter tout exercice de type « cardio ». En utilisant un rameur, elles risquent donc de se mettre en grand danger car ramer augmente la pression artérielle. Si les personnes concernées souhaitent véritablement utiliser un rameur, elles devront le faire sous la supervision d’un spécialiste et ne pas dépasser un coup de rame par minute de 15 ou 20. N’oubliez pas que lorsque vous faites du rameur, vous sollicitez vos muscles mais aussi vos poumons, or, en empêchant votre coeur d’être approvisionné correctement en oxygène, vous le mettrez inévitablement en péril.

Les patients atteints de dystrophie musculaire

Les personnes souffrant de dégénérescence musculaire doivent se tenir éloigner des rameurs. Rappelons que les individus affectés par ce syndrome peuvent être atteints d’une atrophie, voire d’une paralyse totale des muscles, qui perdent inévitablement en volume et en force, la faute à une reconstitution incomplète des fibres musculaires. Néanmoins, si vous souffrez d’une myopathie légère, rien ne vous empêche de vous entraîner sur rameur, à condition bien-sûr de vous approcher de votre médecin et de respecter à la lettre ses indications.

Utilisation d’un rameur selon le profil : ce qu’il faut retenir

Comme le suggèrent les deux listes ci-dessus, l’utilisation d’un rameur n’est pas exclusive aux personnes jeunes et en bonne santé. En réalité, tout dépend de votre condition physique et de votre état de santé. Bien évidemment, il faut que vous accordiez une importance particulièrement à votre dossier médical et que vous adoptiez les précautions adéquates.